Vincenzo Manno
compositeur | Italie, °1901 - 1981
 
COMPOSITION 1965 A : Sixième Prix
Vincenzo Manno naît à Augusta (dans la province de Syracuse, en Sicile), le 17 juin 1901. Il grandit dans une famille de musiciens composée du père Sigismondo, compositeur et chef d’orchestre, et de ses oncles Gaetano, premier trompette de l’orchestre du Maggio Musicale Fiorentino, et Vincenzo, professeur de direction d’orchestre au Conservatoire G. Verdi de Milan.
Il complète ses études musicales au Conservatoire Vincenzo Bellini de Palerme où il obtient, en 1925, sa licence de piano, et, en juillet 1926, sa licence de composition avec maître Savasta.
Toujours en 1925, il obtient le diplôme supérieur de violon au Conservatoire Giuseppe Verdi de Milan, sous la direction du maître Franco Tufari.
Il débute très jeune sa carrière de violoniste, aussi bien comme soliste dans des concerts de musique de chambre et symphonique, qu’en qualité de musicien d’orchestre.
Entre 1936 et 1937, il dirige pour la première fois l’Orchestre symphonique de la RAI (EIAR), où il exécute ses compositions La Sagra et Rapsodia siciliana, de même que de la musique de Wolf-Ferrari, Sibelius, Pick Mangiagalli, Ravel et Debussy.
A la même époque, il fait partie, en tant que violoniste, de l’Orchestre municipal de Sanremo sous la direction de maître Antonino Votto et est membre du Quartetto d’archi de l’EIAR.
Par la suite, il se consacre principalement à la composition et à la direction d’orchestre en mettant son talent au service de la RAI pendant plus de 15 ans, dans un premier temps en qualité de violoniste et, ensuite, en tant que directeur des orchestres symphoniques de Turin, Venise et Rome.
Bien qu’ayant démissionné en 1950, il dirigera encore les orchestres symphoniques de la RAI comme chef d’orchestre invité. Il dirige en outre les orchestres de la Fenice de Venise, du Théâtre Massimo de Palerme, de l’Académie de S. Cecilia, du Théâtre communal G. Verdi de Trieste, ainsi que du Théâtre communal Piccinni de Bari.
Au cours des années suivantes, les orchestres de la RAI exécuteront plusieurs de ses compositions, parmi lesquelles Tre invenzioni per pianoforte e orchestra ; Concerto per orchestra ; Introduzione, Aria e Rondò ; Capriccio per pianoforte e orchestra.
Quelques-unes de ses œuvres ont obtenu des reconnaissances nationales et internationales. Il a ainsi remporté des prix au Concours musical Città di Trieste pour Tre invenzioni per pianoforte e orchestra (1951), pour Introduzione, Aria e Rondò (1953) et une « mention spéciale du jury » pour Movimento sinfonico (1971). En 1965, il remporte le 6e prix au Concours Reine Élisabeth de composition avec son Concerto per orchestra (1965).
En tant que compositeur, on luit doit aussi plusieurs œuvres de chambre, pour petit orchestre, pour violon, pour violon et piano et pour orchestre symphonique, auxquelles s’ajoutent environ 200 œuvres musicales de films et documentaires.
Parmi ses œuvres les plus importantes pour orchestre et en musique de chambre, mentionnons Poema della Montagna, Capriccio per archi, Sinfonietta, Sinfonia in tre tempi, Paesaggi, Improvviso per pianoforte, Capriccio per pianoforte, Cinque episodi per orchestra, Sinfonia gotica, Fantasia subacquea et le « poema danzato » pour orchestre Apothéose.
Il meurt à Rome le 9 novembre 1981, où il est enterré au cimetière Prima Porta auprès de son épouse bien-aimée, la violoniste Iole Rondini.
Revivez les prestations de Violoncelle 2017
Soutenez le Concours
Suivez-nous sur Instagram
Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible.
En cliquant sur « ACCEPTER » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies utilisés, cliquez sur En savoir plus
ACCEPTER