Président du jury
Eugène Traey
, °1915 - 2006
Né à Amsterdam de parents belges, Eugène baron Traey (1915-2006) a fait ses études musicales au Conservatoire royal d'Anvers, où il a eu comme professeur de piano Emmanuel Durlet. Il se perfectionna ensuite à Paris chez Robert Casadesus et en Allemagne chez Karl Leimer et Walter Gieseking. Eugène Traey a mené parallèlement une carrière de concertiste et de professeur au Conservatoire royal d'Anvers, dont il a été le directeur jusqu'en 1980. Il a donné des récitals, des concerts avec orchestre et en musique de chambre avec Arthur Grumiaux et Jean Laurent ou en duo de piano avec Frédéric Gevers. Il est le fondateur du deSingel à Anvers et fut régulièrement membre du jury de concours internationaux réputés (Moscou, Varsovie, Munich, Tokyo et autres). De 1982 à 1995, Eugène Traey a présidé le jury de chaque session du Concours Reine Elisabeth.
  • Biographie
En savoir plus
Marcel Debot
Belgique, °1925 - 2010
Marcel Debot (Liège, 1925) a étudié au Conservatoire Royal de Liège auprès de Henri Koch. Il se perfectionne avec R. Benedetti à Paris et avec Georges Enesco. Il remporte de nombreux prix, dont le prix Vieuxtemps (Verviers), le prix F. Prume et le concours de Genève. Il a été lauréat (1955) et membre du jury (1985) du Concours Reine Elisabeth. Il s'investit dans une carrière internationale de soliste et a longtemps enseigné au Conservatoire de Bruxelles. Marcel Debot a présidé le jury du Concours Vieuxtemps.
  • Biographie
En savoir plus
Hamao Fujiwara
Japon, °1947
En savoir plus
Stefan Gheorghiu
Roumanie, °1926 - 2010
En savoir plus
Josef Gingold
Pologne, °1909 - 1995
Josef Gingold est né à Brest-Litovsk (Russie), et commença à étudier le violon à l'âge de trois ans. Avant d'aller aux États-Unis en 1920, la famille Gingold fut déportée dans un camp de concentration allemand pendant la Première Guerre Mondiale. Toutefois, le musicien parla toujours de ces difficiles premières années avec optimisme et gaieté. Il étudia à New-York avec Vladimir Graffmab, et en Belgique (1927-1929) avec Eugène Ysaÿe ; il donna de nombreux concerts en Belgique, aux Pays-Bas et en France.

A son retour aux États-Unis, au plein coeur de la Grande Dépression, il subvint aux besoins de sa famille en se produisant à Broadway, et dans d'autres productions commerciales de New-York. En 1934, il épousa la violoniste Gladys Anderson. Il devint membre du NBC Symphony en 1934, sous la direction de Arturo Toscanini, et y resta pendant sept ans avant de devenir Concert Master de l'Orchestre Symphonique de Détroit. En 1947, il rejoignit l'Orchestre de Cleveland sur l'invitation du grand chef George Szell. Pendant ses 13 années en tant que Concert Master de Cleveland, l'orchestra passa du statut de « bel ensemble » à celui d'un des meilleurs orchestres du monde.

En 1960, il alla à l'Université d'Indiana, où il enseigna jusqu'à sa mort en 1995. Bien qu'ayant reçu de nombreux prix et honneurs au travers le monde, Josef Gingold considéra toujours son travail d'enseignant et le temps passé avec ses élèves comme primordiaux. La Bourse Joseph Gingold est accordée chaque année aux étudiants violonistes talentueux de l'École de Musique de l'Université d'Indiana.
  • Biographie
En savoir plus
Ivry Gitlis
Israël, °1922
En savoir plus
Herman Krebbers
Pays-Bas, °1923 - 2018
Dès l'âge de neuf ans, Herman Krebbers donnait des concerts dans son pays d'origine, au Pays-Bax, comme enfant prodige. Après 1945, il étend ses tournées, aux États-Unis, en Russie, en Scandinavie et dans tous les pays d'Europe, ainsi qu'en Argentine. Il a reçu un Disque d'or pour ses interprétations des concertos de Mozart, de Beethoven et de Brahms avec l'Orchestre du Concertgebouw et le prix Edison pour les deux concertos de Haydn. Il a enregistré des concertos de Paganini, Dvorák, Viotti No. 22, Bruch, Vieuxtemps No. 4, Brahms, Vivaldi et des double concertos de Bach avec le violoniste Theo Olof, Vivaldi (Quatre Saisons), Saint Saens (Havanaise et Rondo Capriccioso) et Ravel (Tzigane). Herman Krebbers a enseigné à la Robert Schumann Hochschule à Düsseldorf et au Sweelinck Conservatorium à Amsterdam, pendant 30 ans. Il est membre du jury de nombreux concours internationaux et il a donné des master classes au Japon, au Canada, en Angleterre et en Belgique. Son pays a voulu rendre hommage au rôle important qu'il joue dans la vie musicale, en lui accordant le titre d'Officier de l'Ordre d'Orange Nassau.
  • Biographie
En savoir plus
Gidon Kremer
Lettonie, °1947
En savoir plus
Alberto Lysy
Argentine, °1935 - 2009
Alberto Lysy (1935-2009), l'un des musiciens les plus réputés de ses jours, a joué avec les plus grands orchestres comme le New York Philharmonic, le US National Symphony Orchestra, le Royal Philharmonic de Londres, l'Orchestre Symphonique de la RAI à Rome, le Philharmonique d'Amsterdam, sous la direction de chefs rénommés tels que Sir Adrian Boult, Sir Colin Davis, Pierre Boulez et Mstislav Rostropovitch. Il a également donné des concerts de musique de chambre avec les plus grands musiciens de son époque tels que Benjamin Britten, Pablo Casals, Nadia Boulanger et Yehudi Menuhin, qui était son professeur. Alberto Lysy était le directeur artistique de l'Académie Internationale de Musique Menuhin à Gstaad et Bloney, où il a enseigné le violon. Il était fréquemment invité en qualité de professeur à tenir des cours d'interprétation dans les écoles de musique les plus importantes. Fondateur de la Camerata Lysy Gstaad, il a emmené l'ensemble en tournée en Europe, aux États-Unis, au Canada, en Amérique du Sud, à l'Extrême-Orient et en Afrique du Sud.
  • Biographie
En savoir plus
Yehudi Menuhin
Grande-Bretagne, Suisse, °1916 - 1999
Yehudi Menuhin naquit à New-York de parents russes et juifs, et fit ses débuts à l'âge de sept ans aux côtés de l'Orchestre Symphonique de San Francisco, en interprétant la Symphonie espagnole de Lalo. Il donna un récital à New York l'année suivante. Il fit des débuts mémorables à Paris et au Carnegie Hall à onze ans, à Berlin à douze ans et à Londres à treize ans. Il se lança ainsi à un très jeune âge dans une carrière qui, dans les décennies suivantes, l'emmènerait dans le monde entier aux côtés des plus grands chefs et orchestres. En plus de sa réputation de musicien exceptionnel, il fut aussi reconnu pour son humanisme engagé, illustré par son travail auprès des jeunes, son intérêt pour la coopération internationale, et pour toutes les causes dont il se sentait proche et touché.

Il réalisa un premier voyage en Inde en 1952, invité par le Premier Ministre Pandit Nehru, au cours duquel il fit la connaissance de Ravi Shankar et développa une profonde admiration envers ce dernier et la musique indienne. Ils donnèrent de nombreux concerts ensemble, et enregistrèrent plusieurs disques qui se vendirent par millions ; les recettes de tous les concerts donnés lors de cette tournée en Inde furent reversées à des causes caritatives. En 1960, il reçut le Nehru Peace Prize for International Understanding. Un trentaine d'années plus tard, en 1992, il fut honoré du titre d'Ambassadeur de Bonne Volonté à l'UNESCO.

En reconnaissance des nombreux concerts données pour les Forces Alliées pendant la Deuxième Guerre Mondiale - il s'envolait vers les États-Unis dès qu'il trouvait une place dans un avion militaire - Yehudi Menuhin reçut de nombreuses récompenses, notamment la Légion d'Honneur et la Croix de Lorraine en France, l'Ordre du Mérite en Allemagne, l'Ordre Léopold et l'Ordre de la Couronne en Belgique, la Médaille d'Or de la Royal Philharmonic Society de Londres et, en 1995, la Grande Croix de l'Ordre du Mérite Civil en Espagne. La Reine Elizabeth II lui conféra le titre de Chevalier en 1965, et lui accorda l'Ordre du Mérite en 1987, suivi d'un anoblissement à vie sur la liste des Honneurs lors de l'anniversaire de la Reine, en 1993.

Yehudi Menuhin fut Docteur Honoraire de près de 30 universités de différents pays, notamment celles d'Oxford, Cambridge, St Andrew's et la Sorbonne. Il fut aussi Citoyen des villes de Édimbourg, Bath, Reims et Varsovie, et reçut les Médailles d'Or des villes de Paris, New-York et Jérusalem. Il fut de plus le premier occidental à être nommé Professeur Honoraire du Conservatoire de Beijing, comme reconnaissance de ses concerts en Chine, et de ses efforts pour aider de nombreux jeunes violonistes chinois à continuer leurs études en Occident.

En 1963, il accomplit l'une de ses plus grandes ambitions : créer un pensionnat pour de jeunes musiciens prometteurs, ouvert aux enfants à partir de sept ans, et sur le modèle de l’École Centrale de Moscou où les étudiants recevaient leur éducation scolaire et un enseignement musical sous le même toit. De nombreux élèves de l’École Yehudi Menuhin - désormais officiellement associée à son équivalent moscovite - ont décroché des bourses universitaires. En 1977, il fonda l'Académie de Musique Internationale Menuhin pour les jeunes musiciens (d'instruments à cordes) à Gstaad (Suisse) - qui était alors le lieu du Festival de Musique Menuhin, dont il fut le directeur artistique pendant 40 ans, et grâce auquel il gagna la citoyenneté suisse.

Yehudi Menuhin réalisa son premier enregistrement à l'âge de douze ans et, un an plus tard, commença un long partenariat avec HMV/EMI, pour qui il continua à enregistrer pendant de nombreuses années. Il travailla aussi avec Deutsche Grammophon (notamment pour l'enregistrement de l'intégralité des Sonates de Beethoven avec Wilhem Kempff), et dirigea plusieurs œuvres orchestrales pour Philips, Virgin, Nimbus et bien d'autres labels. Un grand nombre de ces premiers enregistrements ont été réédités à l'occasion de ses 75ème et 80ième anniversaires par Biddulph Recordings, et IMG Records produisit un coffret regroupant les Symphonies complètes de Beethoven, interprétées par le Sinfonia Varsovia sous la baguette de Menuhin.
  • Biographie
En savoir plus
Igor Oistrakh
, °1931
Fils et élève de David Oistrakh, Igor Oistrakh est né à Odessa en 1931. Il remporte les Premiers Prix du Concours International de Budapest en 1949 et du Concours International Wieniawski de Poznan´ en 1952. Il débute sa carrière occidentale au Royal Albert Hall de Londres, et se produit ensuite lors de tournées aux quatre coins du monde. Igor Oistrakh a été accompagné par les plus grands orchestres, sous la baguette de chefs comme O. Klemperer, F. Reiner, H. von Karajan, E. Ormandy, C. M. Giulini, G. Solti, L. Maazel, S. Ozawa et G. Rozhdestvensky. Il a également joué avec Pablo Casals et Yehudi Menuhin. Durant 27 ans, il a formé un duo unique avec son père, avec qui il réalise différents enregistrements. Depuis 1968, il poursuit aussi sa carrière en tant qu’altiste ou chef d’orchestres de chambre et symphoniques. Il a enregistré pour EMI, Deutsche Grammophon, Decca, RCA, Collins, Melodia et Art and Electronics. Récompensé par de nombreuses distinctions, Président de la Fondation César Franck, il siège dans le jury des plus prestigieux concours de violon (Tchaikovsky, Wieniawski, Carl Flesch), et est professeur au Koninklijk Conservatorium de Bruxelles depuis 1996.
  • Biographie
En savoir plus
Werner Scholz
En savoir plus
Berl Senofsky
États-Unis, °1926 - 2002
Berl Senofsky fut admis à la Juilliard School en 1931, à l'âge de six ans. Il y étudia avec Louis Persinger, puis avec Ivan Galamian. Convié au Festival Malboro, puis invité à prendre la place de second violon solo de l'Orchestre de Cleveland, il remporta le Grand Prix du Concours Reine Elisabeth en 1955.

De 1965 jusqu'à sa retraite, Berl Senofsky occupa le poste de professeur principal de violon au Conservatoire Peabody, à Baltimore. Il dirigea le département de cordes de 1965 à 1977. Cette même année, il fonda la Fondation Internationale des Artistes Américains - une institution qui lança Peter Zazofsky et Irina Tseitlin, entre autres.

En plus de sa carrière internationale de soliste, Berl Senofsky produisit une discographie importante pour les labels Philips, Epic, RCA et Deutsche Grammophon.
  • Biographie
En savoir plus
Henryk Szering
Pologne, °1918 - 1988
Henryk Szeryng (1918-1988) naquit dans la banlieue de Varsovie, à Zelazowa Wola, lieu de naissance de Chopin, dans une famille aisée, son père étant un homme d'affaires prospère. Il commença ses études musicales à l'âge de trois ans avec sa mère qui l'initia au piano. A sept ans, il décida de se tourner définitivement vers le violon.

Le premier professeur d'Henryk Szeryng fut Maurice Frenkel, ancien assistant de Léopold Auer à Saint-Petersbourg avant la Première Guerre mondiale. Bien que Frenkel ait sans aucun doute marqué le jeune Henryk, sa formation musicale et technique fondée sur une discipline sans faille revient à l'illustre pédagogue Carl Flesch (1873-1944) dont les compétences créèrent et nourrirent l'immense talent de Szeryng entre les années 1930 et 1933.

Les remarquables qualités pédagogiques de Flesch exercèrent une influence majeure sur le jeune garçon. Ses parents avaient été convaincus de le lui confier pour ses études par le violoniste polonais de renommée internationale Bronislaw Huberman qui l'avait entendu, alors âgé de dix ans, interpréter le concerto de Mendelssohn.

Plus tard, grâce à l'élégant et profond Jacques Thibaud et à l'enseignement et aux conseils de Gabriel Bouillon, Henryk Szeryng se retrouva résolument associé à l'école française de violon. Il acheva ses études auprès d'eux avec le très convoité Premier Prix du Conservatoire de Paris en 1937. Déjà en 1933, Szeryng avait fait ses débuts de soliste-concertiste avec le concerto de Brahms. Ce premier concert ayant remporté un succès considérable, il avait été immédiatement suivi d'une tournée de concerts, alors qu'il était encore étudiant.

La légendaire Nadia Boulanger, son guide en contrepoint et en composition, le présenta à des personnalités telles que Heitor Villa-Lobos, Alfred Cortot, Manuel Ponce, Igor Stravinsky et Maurice Ravel.

Au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Henryk Szeryng fut nommé par le Général Sikorski officier de liaison et interprète (il parlait et écrivait huit langues) auprès du gouvernement polonais en exil. Il assuma ces fonctions jusqu'en 1945, tout en donnant plus de 300 concerts pour les troupes alliées en Europe, en Afrique et aux Amériques. En 1942, il rejoignit au Mexique le premier ministre polonais en exil, alors à la recherche d'une nouvelle patrie en Amérique Latine pour quatre mille réfugiés polonais déplacés par la guerre. Le Mexique finit par accueillir ces êtres désespérés et sans terre. Henryk Szeryng fut tellement ému par ce geste humanitaire qu'il retourna au Mexique en 1943. Il fut alors appelé à la tête de la section des instruments à cordes de l'Université Nationale du Mexique afin de réorganiser l'école mexicaine de violon. En 1948, la nationalité mexicaine lui fut accordée en reconnaissance de ses mérites musicaux et culturels.

S'ajoutant à ces importantes responsabilités, Henryk Szeryng donna régulièrement des concerts à travers toute l'Amérique Latine jusqu'au jour où, en 1950, il rencontra son compatriote polonais, Arthur Rubinstein, qui l'encouragea à étendre ses activités musicales sur les cinq continents. Les deux hommes se lièrent d'une profonde amitié fondée sur une admiration réciproque et sur le respect mutuel de leurs qualités artistiques et humaines. Rubinstein, disparu en 1982, voyait dans son ami un artiste de premier ordre et fit cette déclaration : « Les vrais mélomanes veulent de l'émotion - des moments inoubliables - que la musique de Szeryng leur donne. »

Le génie de Szeryng savait associer un talent musical hors du commun à une incomparable sensibilité capable d'exprimer toutes les nuances de tons et de couleurs. Sa discipline et son sens inné de l'interprétation ne cessaient de démontrer son aspiration permanente à accéder aux plus hauts sommets de l'art du violon. Sa technique grandiose et son ample répertoire comblèrent son public à travers le monde entier.

Henryk Szeryng fut l'un des violonistes les plus enregistrés de l'histoire du gramophone. Ses enregistrements s'étendirent sur plus de 40 ans de carrière. Il redécouvrit le 3e concerto pour violon et orchestre de Paganini et fut le premier à l'enregistrer. Le concerto "Mexicain" de Chavez, le concerto "Cubain" de Csonka, les concertos de Manuel Ponce, Benjamin Lees, Camargo Guarnieri et Jean Martinon, le "Poema Concertante" de Xavier Monsalvatge et les compositions de Julián Carrillo, Roman Haubenstock-Ramati, Peter Racine Fricker et José Sabre Marroquín figurent parmi les œuvres écrites pour lui. Elles s'inscrivirent dans son vaste répertoire qui s'étendait des Sonates et Partitas pour violon seul de Bach jusqu'aux grands concertos classiques.

Outre les diverses fonctions qu'il occupa au fil des années, Henryk Szeryng fut nommé Ambassadeur Culturel et de Bonne Volonté du Mexique en 1956 et Conseiller Musical Honoraire de la Délégation Permanente du Mexique auprès de l'UNESCO en 1970. Il devint ainsi le premier artiste à voyager avec un passeport diplomatique.

De nombreux honneurs furent décernés à Henryk Szeryng, comme le Grand Prix du Disque, attribué six fois, le Grammy Award, l'Edison, le Golden Record, le Wiener Flötenuhr et les Médailles d'Or des Villes de Paris et de Jérusalem. Si l'on ajoute à cela des décorations telles qu'Officier de l'Ordre de "Polonia Restituta", "Commendattore alla Reppublica" (Italie), Officier de la Couronne (Belgique), Commandeur de l'Ordre "Alfonso X El Sabio" (Espagne), Officier de la Légion d'Honneur française, "Gran Premio Nacional du Mexique", Commandeur de l'Ordre de Saint-Charles (Monaco), on commence à se faire une idée de l'immense estime que le monde octroya à cet homme exceptionnel.

Les violons d'Henryk Szeryng ont chacun une histoire. Ainsi, son fameux Stradivarius 1734, "Hercule", ex-Eugène Ysaye, qu'il remit, le 24 décembre 1972, entre les mains de Teddy Kollek, Maire de Jérusalem, en gage d'amitié pour la Ville Dorée, afin qu'il soit joué par les premiers violons solo de l'Orchestre Philharmonique d'Israël.

Il offrit au Prince Souverain Rainier III de Monaco son célèbre Vuillaume, copie du Stradivarius "Messiah", et à la Ville de Mexico son Andrea Guarneri 1683, "Sanctae Theresiae". Henryk Szeryng donna la majeure partie de sa collection de violons à des villes ou à des étudiants tels que Shlomo Mintz qui avait suivi ses cours à Genève, et garda uniquement son Guarnerius del Gesù 1732 "Leduc" et le Pierre Hel 1935, copie du Guarnerius del Gesù "Le Roi Joseph". Musicien hors pair, diplomate, pédagogue et philanthrope, Henryk Szeryng mourut brutalement au milieu d'une tournée en Allemagne, après un concert dans la ville de Kassel. Pour son ultime concert, il interprétait la même œuvre que celle qu'il avait jouée lors de sa toute première prestation, cinquante-cinq années auparavant : le Concerto pour Violon de Brahms.
  • Biographie
En savoir plus
Carlo Van Neste
Belgique, °1914 - 1992
Carlo Van Neste (1914-1992) et sa soeur Rosane, âgés respectivement de trois et six ans, jouent ensemble du piano. En 1924, il obtient un premier prix de violon avec la plus grande distinction. Les concerts de l'enfant prodige se succèdent en Belgique, en France, en Hollande et en Angleterre. Quelques années plus tard, il obtient, au Conservatoire royal de Bruxelles, les prix d'harmonie, de contrepoint et de fugue, et se voit décerner les plus hautes récompenses violonistiques : le prix Vieuxtemps (Verviers, 1933), le prix Kreisler (Liège, 1934) et ensuite la Médaille de Vermeil au Concours International de Vienne (1937). En 1989, la reine Fabiola lui remet la médaille d'or du Concours Reine Elisabeth en remerciement pour sa contribution extraordinaire à la musique.

Il poursuit des études approfondies auprès d'Eugène Ysaÿe, à l'École Normale de Paris avec Jacques Thibaut et est, pendant cinq ans, élève particulier de Georges Enesco. Nommé en 1942 professeur au Conservatoire royal de Bruxelles, Carlo Van Neste forme de nombreux virtuoses belges et étrangers. Il enseigne également à la Chapelle Reine Elisabeth et au Conservatoire d'Utrecht. À ces élèves, dont notamment Edith Volckaert et Véronique Bogaerts, toutes deux lauréates du Concours Reine Elisabeth, il transmet le jeu caractéristique de la grande École belge du violon.

Ces tournées l'amènent aux quatre coins du monde : les grandes villes d'Europe, d'Afrique, d'Amérique du Sud et d'URSS l'accueillent et il joue sous la direction de chefs prestigieux. Il siège dans les jurys des grands concours internationaux : Paris, Genève, Moscou, Tokyo, Montréal,...

Il crée le trio Carlo Van Neste avec Naum Sluszny au piano et Eric Feldbusch au violoncelle, ensemble remarquable qui se produit tant en Belgique qu'à l'étranger. Après un récital pour la reine Elisabeth au Château de Stuyvenberg, le trio obtient le nom Trio Reine Elisabeth. Depuis leur première rencontre quand il a douze ans, Carlo Van Neste joue souvent pour la Reine. Trente ans plus tard, afin de fêter cette première rencontre, elle lui offre le fameux Guarnerius de Venise (1725), qu'il peut lui même choisir à Londres.

Carlo Van Neste défend avec passion la musique belge. En 1973, il se voit décerner le trophée Fuga en reconnaissance de son activité en faveur de la musique de son pays. Les compositeurs belges dont il crée des oeuvres sont, entre autres, Bourguignon, de Vocht, Alpaerts, Legley, Chevreuille, Poot, Absil, Defossé, Jongen, Huybrechts, De Vreese (père et fils) et Meulemans.

En 1997, pour transmettre cet héritage musical, sa fille Dominique décide de créer la Fondation Carlo Van Neste.
  • Biographie
En savoir plus
Rudolf Werthen
Belgique, °1946
vous pouvez consulter la biographie de Rudolph Werthen en Néerlandais sur cette page
  • Biographie
En savoir plus
Zugiang Wu
En savoir plus
Piano 2020 reporté en 2021
Déroulement d'un concours
S.M. la Reine Mathilde
Jurys des concours de piano
Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible.
En cliquant sur « ACCEPTER » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies utilisés, cliquez sur En savoir plus
ACCEPTER