Président du jury
Eugène Traey
, °1915 - 2006
Né à Amsterdam de parents belges, Eugène baron Traey (1915-2006) a fait ses études musicales au Conservatoire royal d'Anvers, où il a eu comme professeur de piano Emmanuel Durlet. Il se perfectionna ensuite à Paris chez Robert Casadesus et en Allemagne chez Karl Leimer et Walter Gieseking. Eugène Traey a mené parallèlement une carrière de concertiste et de professeur au Conservatoire royal d'Anvers, dont il a été le directeur jusqu'en 1980. Il a donné des récitals, des concerts avec orchestre et en musique de chambre avec Arthur Grumiaux et Jean Laurent ou en duo de piano avec Frédéric Gevers. Il est le fondateur du deSingel à Anvers et fut régulièrement membre du jury de concours internationaux réputés (Moscou, Varsovie, Munich, Tokyo et autres). De 1982 à 1995, Eugène Traey a présidé le jury de chaque session du Concours Reine Elisabeth.
  • Biographie
En savoir plus
Pierre Amoyal
Pierre Amoyal obtient son Premier Prix de violon au Conservatoire de Paris, à l’âge de 12 ans. À 17 ans, il part étudier avec Jascha Heifetz à Los Angeles, avec qui il fait de la musique de chambre et effectue ses premiers enregistrements. Cinq ans plus tard, sa carrière le conduira à travers toute l’Europe mais aussi au Japon, ce qui lui permet de jouer avec les orchestres les plus prestigieux, sous la direction des plus grands chefs (P. Boulez, S. Ozawa, C. Dutoit, G. Herbig, L. Maazel, K. Sanderling, M.W. Chung, etc.). Parmi ses nombreux enregistrements pour Decca figurent les sonates de Fauré, le Concert de Chausson et la sonate de Franck, ainsi que les concertos de Dutilleux, Saint-Saëns et Respighi. Nommé, très jeune, professeur au Conservatoire National de Paris, il a enseigné au Conservatoire de Lausanne, Haute École de Musique, où il a créé la Camerata de Lausanne, en 2002, renommée récemment CameratAmoyal. Formée de 14 jeunes et talentueux musiciens venus du monde entier, la Camerata a enregistré plusieurs CD. Pierre Amoyal est également professeur au Mozarteum de Salzbourg. Il est Chevalier des Arts et des Lettres et Chevalier dans l’Ordre National du Mérite. En 2006, il est honoré du Prix de la Ville de Lausanne. Pierre Amoyal possède l’un des plus célèbres violons du monde, le Stradivarius “Kochansky” de 1717, qui a été miraculeusement retrouvé en 1991 après avoir été volé en 1987.
  • Biographie
En savoir plus
Lola Bobesco
Belgique, °1920 - 2003
En savoir plus
Dorothy DeLay
États-Unis, °1917 - 2002
Dorothy DeLay - ou Miss DeLay, comme elle préférait se faire appeler - commença à se distinguer lorsqu'elle fut admise à la Juilliard School en tant que professeur, en 1948.

Elle fut décrite comme l'un des plus grands professeurs de violon par de nombreuses publications, dans le New York Times, Le Monde de la Musique (France), Die Volksbald (Afrique du Sud). Plus qu'un simple professeur de violon, elle était aussi un mentor, une confidente, une conseillère et même une mère de substitution. Parmi ses étudiants, nous pouvons compter plusieurs grands noms : Itzhak Perlman, Nadia Salerno Sonnenberg, Shlomo Mintz, Nigel Kennedy, Robert McDuffie, Sarah Chang, Mark Kaplan, Rachel Lee, Midori, Gil Shaham, et Kyoko Takezawa. Des violonistes des Quatuors de Juilliard, Tokyo, Cleveland, du American Quartet, Takács, Mendelssohn, Blair, Fine Arts et Vermeer String Quartets étudièrent à ses côtés. Elle enseigna aussi aux premiers violons du Philharmonique de Berlin, de l'orchestre de Philadelphie, du Koninklijk Concertgebouworkest d'Amsterdam, de l'orchestre symphonique de Chicago, et de bien d'autres grands orchestres de par le monde.

Nombre de ses anciens élèves sont aujourd'hui professeurs dans de très bons conservatoires des Etats-Unis et d'ailleurs, notamment au Festival et à l'Ecole Aspen Music. Plusieurs ont aussi remporté des premiers prix lors de concours internationaux : citons - entre autres - le Concours Reine Elisabeth, les Concours de Montréal, Paganini, Thibaud, Menuhin, Wienawski, Maumburg, Indianapolis, Reina Sofia (Espagne), Chile International, Leventritt, Sarasate, Hanovre et Nielsen.

Miss DeLay donna des masterclasses en Europe, en Corée, Israël, en Chine et Afrique du Sud. Elle occupait la Starling Chair à la Juilliard School, et la Dorothy DeLay Faculty Chair à l'Ecole de Musique Aspen. Parmi ses nombreux honneurs, nous pouvons citer le Artist Teacher Award de l'Association des Professeurs de Cordes Américains, le King Solomon Award de la Fondation Amérique-Israël, et des doctorats honorifiques du Oberlin College, de l'Université de Columbia, du Michigan, du Coloradu, Duquesne et Brown. Elle était une Amie du Royal College of Music d'Angleterre. En 1994, elle reçut la Médaille Nationale des Arts, lors d'une cérémonie à la Maison Blanche en présence du Président Clinton. Elle reçut l'année suivante le American Eagle Award du National Music Council et, en 1997, la plus haute récompense de l'Université Yale, pour sa Contribution Distinguée à la Musique : la Sanford Medal. Pour « sa contribution à la culture musicale japonaise », l'Empereur Akihito lui accorda en plus l'Ordre du Trésor Sacré.

Miss DeLay a fait l'objet d'une biographie de Barbara Lourie Sand, Teaching genius : Dorothy DeLay and the Making of a Musician, publiée en 2000. Miss DeLay a aussi été le sujet de nombreux articles et documentaires tout au long de sa carrière. A Juilliard en 2002, elle anima le premier stage Starling-DeLay Symposium on Violin Studies - How to teach the Exceptional Young Violinists, avec des maîtres tels que Itzhak Perlman, Cho-Liang Lin, Robert McDuffie, Nadja Salemo-Sonnenberg, Midori, Stephen Clapp, Cathy Cho et Brian Lewis. 250 jeunes artistes et professeurs de cordes venant de tous horizons y assistèrent.

Née à Medicine Lodge (Kansas) le 31 mars 1917, Dorothy DeLay a étudié au College Oberlin, à l'Université de l'Etat du Michigan, puis à la Juilliard Graduate School, avant d'entamer une carrière de concertiste. Cette carrière fut interrompue par la Deuxième Guerre Mondiale, lorsque son mari, l'écrivain Edward Newhouse (écrivant régulièrement pour le New Yorker depuis 30 ans) fut transféré sur des bases des Forces de l'Air. Après cette guerre, ils s'installèrent à Rockland County (New York), d'où ils ne déménagèrent plus.

A partir des années 1970, elle enseigna au Festival Music Aspen, où elle s'occupa des professeurs les plus mondialement connus chaque été, lors du Festival.
  • Biographie
En savoir plus
Toshiya Eto
Japon, °1928 - 2008
Après avoir obtenu son diplôme de l'Université Nationale des Beaux-Arts et de la Musique de Tokyo en 1948, Toshiya Eto étudia à l'Institut de Musique Curtis avec Efrel Zimbalist. Pendant ses études au Conservatoire, il donna un récital au Carnegie Hall en 1951. Il se consacra par la suite à l'éducation de jeunes musiciens, parmi lesquels Akiko Suwanai et Mariko Senju. Membre de l'Académie des Arts du Japon, il occupa le poste de directeur de l'Ecole de Musique Toho Gakuen. Il a réalisé de enregistrements pour RCA.
  • Biographie
En savoir plus
Tuomas Haapanen
Après avoir commencé ses études de violon à l’Académie Sibelius d’Helsinki, Tuomas Haapanen poursuit sa formation, dès 1948, à Paris avec Léon Nauwinck et René Benedetti. À côté d’une carrière en tant que soliste et dans le domaine de la musique de chambre, il remplit le rôle de premier violon de l’Orchestre Symphonique de la Radio Finlandaise et de l’Orchestre de Chambre d’Helsinki. En 1962, Tuomas Haapanen est nommé professeur de violon au Conservatoire de Turku, puis, en 1978, à l’Académie Sibelius dont il assume la fonction de directeur, entre 1987 et 1990. Parmi les étudiants qui ont suivi ses master classes en Europe, aux États-Unis et au Japon, certains ont remporté plusieurs prix lors de concours internationaux. Il a par ailleurs été le président du Concours International de Violon Jean Sibelius de 1981 à 2001, et est régulièrement invité en tant que membre du jury des plus grands concours de violon. En 1999, il a reçu le Prix de la Musique de l’État Finlandais.
  • Biographie
En savoir plus
Ida Haendel
Grande-Bretagne, °1928 - 2020
Born in Chelm, Poland Ida Haendel began playing the violin when only three and a half years of age. Her father, an artist, recognised her talent and subsequently devoted as much time as possible towards furthering her career. Her studies began at the Warsaw Conservatoire where she gained a gold medal at the age of seven and won the Huberman Prize. After leaving Poland she continued her studies with Carl Flesch and later with George Enescu.

Ida Haendel began her professional career as a child prodigy at the Queen's Hall in London under the baton of Sir Henry Wood, playing Brahms Violin Concerto. During the War she lived in London becoming a British subject, and gave many concerts for the troops. Her international career developed as soon as the War was over, performing world-wide throughout Europe, Israel, North and South America and the Far East and the USSR.

A regular visitor to all UK major orchestras she has accompanied them on many foreign tours; the London Philharmonic to the first Hong Kong Arts Festival (1973) and on their subsequent tour of China, the BBC Symphony to Germany, Australia and Hong Kong and the English Chamber Orchestra to Mexico. Ida Haendel collaborated with such eminent conductors as Haitink, Rattle, Decker, Sanderling and Ashkenazy. She made regular appearances at major festivals such as Edinburgh and the BBC Proms, as she did in 1994 with the BBC Symphony and Andrew Davis.

As well as in the UK, she worked with leading conductors and prominent orchestras around the world, and in 1998 took part in a tour to Japan with the City of Birmingham Symphony Orchestra conducted by Sir Simon Rattle. Engagements have included the Boston Symphony Orchestra, the Royal Philharmonic and Bayerisches Staatsorchester.

Ida Haendel speaks seven languages and has published the first part of her autobiography (Woman with Violin, Victor Gollancz). In 1982, she was awarded the Sibelius Medal by the Sibelius Society of Finland on the 25th Anniversary of the composer's death, in recognition of her distinguished performances of his Violin Concerto. In the 1991 New Year's honours list she was awarded a CBE for her outstanding services to music.

Ida Haendel has recorded for EMI and Decca. In 1996 her recording of Bach solo works on the Testament label was released and she completed her chamber music recordings with Vladimir Ashkenazy for Decca.
  • Biographie
En savoir plus
Philippe Hirshhorn
Belgique, Lettonie, °1946 - 1996
Né à Riga (Lettonie), Philippe Hirshhorn (1946-1996) commence ses études au conservatoire de sa ville natale avec Waldemar Sturestep, avant de se perfectionner chez Michael Waiman au conservatoire de Leningrad (St. Petersbourg). En 1965 il gagne le 2e prix du Concours Paganini et en 1967, à l'âge de 21 ans, il remporte le Grand Prix du Concours Reine Elisabeth. Depuis lors, il se produit avec les orchestres les plus prestigieux, dont le Berliner Philharmoniker, London Symphony, Royal Philharmonic Orchestra, Wiener Symphoniker, sous la baguette de chefs comme H. von Karajan, Sir Colin Davis, G. Tozhdestvensky et Y. Temirkanov. Il est invité à se produire dans les grands festivals tels que Lucerne, Lockenhaus, Grenade, Brescia-Bergame, Berlin, Schleswig-Holstein, etc. En musique de chambre, il compte parmi ses partenaires priviligiés M. Argerich, G. Kremer, G. Opitz, M. Maisky et L. Leonskaya. Philippe Hirshhorn s'installe en Belgique en 1973 et prend la nationalité de son pays d'adoption. Il enseigne dans les conservatoires de Bruxelles et d'Utrecht.
  • Biographie
En savoir plus
Yuzuko Horigome
Japon, °1957
Yuzuko Horigome commence le piano à l’âge de quatre ans puis le violon l’année suivante, avec Ryosaku Kubota. En 1975, elle poursuit l’étude du violon avec Toshiya Eto, avant d’être diplômée de l’École de musique Toho Gakuen en 1980. La même année, elle est la première Japonaise à décrocher le Premier Prix du Concours Reine Elisabeth. Elle a joué avec les Philharmoniques de Berlin, de New York, les Symphoniques de Londres, Chicago, Saint-Pétersbourg, Montréal, Vienne, Tokyo, le Concertgebouw d’Amsterdam, l’orchestre de la Scala de Milan, l’Orchestre de la RAI, le Nouvel Orchestre Philharmonique du Japon, la Camerata de Salzbourg. Elle joint alors son talent à celui de chefs prestigieux comme C. Abbado, A. Previn, K. Masur, C. Dutoit, R. Chailly, E. Leinsdorf, S. Ozawa, I. Fischer, S. Rattle, A. Dimitriev, V. Ashkenazy ou S. Vegh. En musique de chambre, elle se produit aux côtés de M. Argerich, A.R. El Bacha, P. Rogé, W. Manz, G. Kremer, P. Graffin, T. Zehetmair, N. Imai, K. Kashkashian, M. Maisky, A. Meneses et bien d’autres. Yuzuko Horigome fut et est l’hôte de nombreux festivals internationaux: Marlboro, Lockenhaus, Tanglewood, La Jolla (Californie), Lugano ou Buenos Aires. Professeur invité du Koninklijk Conservatorium de Bruxelles, elle est l’une des solistes les plus en vue au Japon, où elle effectue des tournées plusieurs mois par an.
  • Biographie
En savoir plus
Herman Krebbers
Pays-Bas, °1923 - 2018
Dès l'âge de neuf ans, Herman Krebbers donnait des concerts dans son pays d'origine, au Pays-Bax, comme enfant prodige. Après 1945, il étend ses tournées, aux États-Unis, en Russie, en Scandinavie et dans tous les pays d'Europe, ainsi qu'en Argentine. Il a reçu un Disque d'or pour ses interprétations des concertos de Mozart, de Beethoven et de Brahms avec l'Orchestre du Concertgebouw et le prix Edison pour les deux concertos de Haydn. Il a enregistré des concertos de Paganini, Dvorák, Viotti No. 22, Bruch, Vieuxtemps No. 4, Brahms, Vivaldi et des double concertos de Bach avec le violoniste Theo Olof, Vivaldi (Quatre Saisons), Saint Saens (Havanaise et Rondo Capriccioso) et Ravel (Tzigane). Herman Krebbers a enseigné à la Robert Schumann Hochschule à Düsseldorf et au Sweelinck Conservatorium à Amsterdam, pendant 30 ans. Il est membre du jury de nombreux concours internationaux et il a donné des master classes au Japon, au Canada, en Angleterre et en Belgique. Son pays a voulu rendre hommage au rôle important qu'il joue dans la vie musicale, en lui accordant le titre d'Officier de l'Ordre d'Orange Nassau.
  • Biographie
En savoir plus
Viktor Liberman
Russie (Fédération de), °1931 - 1999
Viktor Liberman fut diplômé du Conservatoire de Leningrad et membre de l'Orchestre Symphonique de Leningrad de 1950 à 1979 ; il fut premier violon durant la dernière décennie de cette période. A la même époque, il enseigna aussi au Conservatoire de Leningrad, où il dirigeait un classe spéciale de violon. En 1958, il remporta le Concours International Tchaïkovski.

Viktor Liberman forgea son expérience de soliste aux côtés des plus grands orchestres symphoniques d'ex-URSS, sous la direction de célèbres chefs tels que Kondrashin, Dmitriev, Svetlanov et Sanderling. De plus, il jouait beaucoup en formation chambriste, et avait d'excellents contacts avec les compositeurs soviétiques contemporains - dont certains lui ont dédié des concertos pour violon : par exemple, Falik et Tishenko. En 1971, il reçut le titre d' Artiste émérite d'URSS. En dehors de son pays, Liberman joua en soliste aux États-Unis, en Allemagne, en Autriche, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et dans les pays scandinaves.

A partir de 1979, Viktor Liberman vécut aux Pays-Bas, où il travailla en tant que premier violon solo de l'Orchestre Philharmonique de Rotterdam jusqu'en 1985. Cette même année, il fut nommé premier violon solo du Royal Concertgebouw Orchestra. Avec cet orchestre, il joua en soliste sous la baguette de Bernard Haitink, Sir Colin Davis, Riccardo Chailly, Charles Dutoit, Mariss Jansons ou encore Kurt Sanderling.

Sans cesse demandé à l'étranger pour des cours et des master classes, Viktor Liberman obtint une chaire au Conservatoire d'Utrecht et fut responsable pédagogique de l'Orchestre de la Communauté Européenne. Il dirigea régulièrement l'Orchestre National des Jeunes des Pays-Bas.

Viktor Liberman apparut régulièrement comme soliste aux Pays-Bas aussi bien qu'à l'étranger, et eut une carrière de récitaliste très active. Il dirigea de nombreux orchestres, et travailla avec l'Orchestre du Nord des Pays-Bas, l'Orchestre Philharmonique de Gran Canaria, l'Orchestra Da Camera di Padova e Del Veneto, l'Orchestre Philharmonique de Copenhague, le Kölner Philharmoniker, le philharmonique d'Oslo, l'Orchestre Royal de Chambre du Danemark, l'Orchestre Philharmonique Royal des Flandres et le Philharmonique de Rotterdam.
  • Biographie
En savoir plus
Alberto Lysy
Argentine, °1935 - 2009
Alberto Lysy (1935-2009), l'un des musiciens les plus réputés de ses jours, a joué avec les plus grands orchestres comme le New York Philharmonic, le US National Symphony Orchestra, le Royal Philharmonic de Londres, l'Orchestre Symphonique de la RAI à Rome, le Philharmonique d'Amsterdam, sous la direction de chefs rénommés tels que Sir Adrian Boult, Sir Colin Davis, Pierre Boulez et Mstislav Rostropovitch. Il a également donné des concerts de musique de chambre avec les plus grands musiciens de son époque tels que Benjamin Britten, Pablo Casals, Nadia Boulanger et Yehudi Menuhin, qui était son professeur. Alberto Lysy était le directeur artistique de l'Académie Internationale de Musique Menuhin à Gstaad et Bloney, où il a enseigné le violon. Il était fréquemment invité en qualité de professeur à tenir des cours d'interprétation dans les écoles de musique les plus importantes. Fondateur de la Camerata Lysy Gstaad, il a emmené l'ensemble en tournée en Europe, aux États-Unis, au Canada, en Amérique du Sud, à l'Extrême-Orient et en Afrique du Sud.
  • Biographie
En savoir plus
Yehudi Menuhin
Grande-Bretagne, Suisse, °1916 - 1999
Yehudi Menuhin naquit à New-York de parents russes et juifs, et fit ses débuts à l'âge de sept ans aux côtés de l'Orchestre Symphonique de San Francisco, en interprétant la Symphonie espagnole de Lalo. Il donna un récital à New York l'année suivante. Il fit des débuts mémorables à Paris et au Carnegie Hall à onze ans, à Berlin à douze ans et à Londres à treize ans. Il se lança ainsi à un très jeune âge dans une carrière qui, dans les décennies suivantes, l'emmènerait dans le monde entier aux côtés des plus grands chefs et orchestres. En plus de sa réputation de musicien exceptionnel, il fut aussi reconnu pour son humanisme engagé, illustré par son travail auprès des jeunes, son intérêt pour la coopération internationale, et pour toutes les causes dont il se sentait proche et touché.

Il réalisa un premier voyage en Inde en 1952, invité par le Premier Ministre Pandit Nehru, au cours duquel il fit la connaissance de Ravi Shankar et développa une profonde admiration envers ce dernier et la musique indienne. Ils donnèrent de nombreux concerts ensemble, et enregistrèrent plusieurs disques qui se vendirent par millions ; les recettes de tous les concerts donnés lors de cette tournée en Inde furent reversées à des causes caritatives. En 1960, il reçut le Nehru Peace Prize for International Understanding. Un trentaine d'années plus tard, en 1992, il fut honoré du titre d'Ambassadeur de Bonne Volonté à l'UNESCO.

En reconnaissance des nombreux concerts données pour les Forces Alliées pendant la Deuxième Guerre Mondiale - il s'envolait vers les États-Unis dès qu'il trouvait une place dans un avion militaire - Yehudi Menuhin reçut de nombreuses récompenses, notamment la Légion d'Honneur et la Croix de Lorraine en France, l'Ordre du Mérite en Allemagne, l'Ordre Léopold et l'Ordre de la Couronne en Belgique, la Médaille d'Or de la Royal Philharmonic Society de Londres et, en 1995, la Grande Croix de l'Ordre du Mérite Civil en Espagne. La Reine Elizabeth II lui conféra le titre de Chevalier en 1965, et lui accorda l'Ordre du Mérite en 1987, suivi d'un anoblissement à vie sur la liste des Honneurs lors de l'anniversaire de la Reine, en 1993.

Yehudi Menuhin fut Docteur Honoraire de près de 30 universités de différents pays, notamment celles d'Oxford, Cambridge, St Andrew's et la Sorbonne. Il fut aussi Citoyen des villes de Édimbourg, Bath, Reims et Varsovie, et reçut les Médailles d'Or des villes de Paris, New-York et Jérusalem. Il fut de plus le premier occidental à être nommé Professeur Honoraire du Conservatoire de Beijing, comme reconnaissance de ses concerts en Chine, et de ses efforts pour aider de nombreux jeunes violonistes chinois à continuer leurs études en Occident.

En 1963, il accomplit l'une de ses plus grandes ambitions : créer un pensionnat pour de jeunes musiciens prometteurs, ouvert aux enfants à partir de sept ans, et sur le modèle de l’École Centrale de Moscou où les étudiants recevaient leur éducation scolaire et un enseignement musical sous le même toit. De nombreux élèves de l’École Yehudi Menuhin - désormais officiellement associée à son équivalent moscovite - ont décroché des bourses universitaires. En 1977, il fonda l'Académie de Musique Internationale Menuhin pour les jeunes musiciens (d'instruments à cordes) à Gstaad (Suisse) - qui était alors le lieu du Festival de Musique Menuhin, dont il fut le directeur artistique pendant 40 ans, et grâce auquel il gagna la citoyenneté suisse.

Yehudi Menuhin réalisa son premier enregistrement à l'âge de douze ans et, un an plus tard, commença un long partenariat avec HMV/EMI, pour qui il continua à enregistrer pendant de nombreuses années. Il travailla aussi avec Deutsche Grammophon (notamment pour l'enregistrement de l'intégralité des Sonates de Beethoven avec Wilhem Kempff), et dirigea plusieurs œuvres orchestrales pour Philips, Virgin, Nimbus et bien d'autres labels. Un grand nombre de ces premiers enregistrements ont été réédités à l'occasion de ses 75ème et 80ième anniversaires par Biddulph Recordings, et IMG Records produisit un coffret regroupant les Symphonies complètes de Beethoven, interprétées par le Sinfonia Varsovia sous la baguette de Menuhin.
  • Biographie
En savoir plus
Shlomo Mintz
Russie (Fédération de), °1957
Shlomo Mintz a deux ans quand sa famille a émigré de Moscou en Israël. Dès l'âge de onze ans, il s'est produit en concert avec l'Israël Philharmonic et a fait ses débuts au Carnegie Hall à l'âge de seize ans. Il a étudié avec Dorothy DeLay au Juilliard School. Il a été conseiller artistique de l'Israel Chamber Orchestra en 1989 et a enregistré tous les condertos pour violon de Vivaldi avec cet orchestre. En 1994, il a été nommé conseiller artistique et chef invité principal du Maastricht Symphony Orchestra avec lequel il a joué sur le violon de Paganini. Il effectue des tournées dans de nombreux pays et avec de nombreux orchestres. Il donne des récitals et joue en trio avec le pianiste Itamar Golan et le violoncelliste Matt Haimovitz. Il dirige des master classes du Keshet Eilon International Mastercourse et à la Manhattan School of Music, au Cleveland Institute et au Conservatoire de Paris. Il a obtenu le Premio Academia Musicale Chigi et le Diapason d'Or, le Prix Edison et le Grand Prix du Disque. Il a fait partie du jury du Concours de Tchaikovsky et a été président du jury du Concours Henryk Wieniawsky. Depuis 2002 il est président du jury du Concours de Sion Valais et directeur artistique du festival de Sion Valais. En 2008 il a été nommé chef invité principal de l'Orchestre Philharmonique de Zagreb.
  • Biographie
En savoir plus
Georges Octors
Belgique, °1923 - 2020
Lauréat de différents concours internationaux, Georges Octors débute sa carrière en tant que violoniste soliste. En 1956, il crée l’Ensemble Bach d’Anvers; ensemble accueilli avec enthousiasme au cours de ses nombreuses tournées européennes. En 1960, André Cluytens, alors directeur musical de l’Orchestre National de Belgique l’engage comme assistant. Dès 1975, Georges Octors devient à son tour chef et directeur musical de cette formation symphonique. Très apprécié aux Pays-Bas, il y dirige plusieurs orchestres. Il assurera ainsi la direction musicale du Gelders Orkest à Arnhem pendant dix ans, mais sera également invité par un grand nombre d’orchestres en Europe de l’Est et de l’Ouest (entre autres par le London Symphony Orchestra), aux États-Unis, en ex-URSS (entre autres par la Société Philharmonique de Saint-Pétersbourg) et en Corée du Sud, qui l’accueille chaque année. De 1976 à 1989, il dirige sans discontinuer les finales du Concours Reine Elisabeth. Georges Octors assume ensuite, pendant sept années, la direction musicale de l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, réalisant avec cette phalange quelques enregistrements discographiques très remarqués par la presse internationale spécialisée (Fanfare, Diapason, Crescendo). Georges Octors est invité comme membre du jury de plusieurs concours internationaux au Japon, en Italie, en Allemagne, etc.
  • Biographie
En savoir plus
Igor Oistrakh
, °1931
Fils et élève de David Oistrakh, Igor Oistrakh est né à Odessa en 1931. Il remporte les Premiers Prix du Concours International de Budapest en 1949 et du Concours International Wieniawski de Poznan´ en 1952. Il débute sa carrière occidentale au Royal Albert Hall de Londres, et se produit ensuite lors de tournées aux quatre coins du monde. Igor Oistrakh a été accompagné par les plus grands orchestres, sous la baguette de chefs comme O. Klemperer, F. Reiner, H. von Karajan, E. Ormandy, C. M. Giulini, G. Solti, L. Maazel, S. Ozawa et G. Rozhdestvensky. Il a également joué avec Pablo Casals et Yehudi Menuhin. Durant 27 ans, il a formé un duo unique avec son père, avec qui il réalise différents enregistrements. Depuis 1968, il poursuit aussi sa carrière en tant qu’altiste ou chef d’orchestres de chambre et symphoniques. Il a enregistré pour EMI, Deutsche Grammophon, Decca, RCA, Collins, Melodia et Art and Electronics. Récompensé par de nombreuses distinctions, Président de la Fondation César Franck, il siège dans le jury des plus prestigieux concours de violon (Tchaikovsky, Wieniawski, Carl Flesch), et est professeur au Koninklijk Conservatorium de Bruxelles depuis 1996.
  • Biographie
En savoir plus
Clemens Quatacker
Belgique, °1932 - 2003
En savoir plus
Berl Senofsky
États-Unis, °1926 - 2002
Berl Senofsky fut admis à la Juilliard School en 1931, à l'âge de six ans. Il y étudia avec Louis Persinger, puis avec Ivan Galamian. Convié au Festival Malboro, puis invité à prendre la place de second violon solo de l'Orchestre de Cleveland, il remporta le Grand Prix du Concours Reine Elisabeth en 1955.

De 1965 jusqu'à sa retraite, Berl Senofsky occupa le poste de professeur principal de violon au Conservatoire Peabody, à Baltimore. Il dirigea le département de cordes de 1965 à 1977. Cette même année, il fonda la Fondation Internationale des Artistes Américains - une institution qui lança Peter Zazofsky et Irina Tseitlin, entre autres.

En plus de sa carrière internationale de soliste, Berl Senofsky produisit une discographie importante pour les labels Philips, Epic, RCA et Deutsche Grammophon.
  • Biographie
En savoir plus
Piano 2020 reporté en 2021
Déroulement d'un concours
S.M. la Reine Mathilde
Jurys des concours de piano
Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible.
En cliquant sur « ACCEPTER » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies utilisés, cliquez sur En savoir plus
ACCEPTER